La consommation de marijuana au volant doit rester une priorité absolue en matière de sécurité routière

Also available in English

Ottawa, Ontario, 26 novembre, 2020 – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) annonce la publication de deux nouvelles fiches d’information sur la consommation de marijuana au volant sur les routes canadiennes. Les tendances nationales sont présentées dans le Sondage sur la sécurité routière 2020 : Tendances de consommation de marijuana chez les conducteurs Canadiens. Le Sondage sur la sécurité routière (SSR) est un sondage d’opinion publique annuel réalisé par la FRBR et coparrainé par Beer Canada et Desjardins. La deuxième fiche d’information, La consommation de cannabis chez les conducteurs au Canada, 2000 à 2017, également parrainée par Desjardins, fait état d’une augmentation de la présence de marijuana chez les conducteurs décédés dans des collisions, même avant sa légalisation.

Les données du SSR indiquent que conduire dans les deux heures suivant la consommation de marijuana reste problématique, comme le montre le niveau d’inquiétude du public deux ans après la légalisation du cannabis au Canada. Tandis que le nombre de conducteurs qui continuent à consommer de la marijuana au volant est en augmentation depuis 2018, le nombre de conducteurs qui en ont consommé en 2020 est inférieur comparativement à 2019. Les résultats montrent que 4,5 % des conducteurs (près de 1,2 million de personnes) admettent avoir conduit dans les deux heures suivant la consommation de marijuana à des fins récréatives en 2020. Bien qu’il s’agisse d’une baisse par rapport aux 7 % de 2019, ce chiffre reste supérieur aux 3,3 % de 2018.

« L’augmentation de 36,4 % du nombre de conducteurs qui admettent avoir déjà conduit dans les deux heures suivant la consommation de marijuana suggère que les risques associés à ce comportement ne sont pas bien compris et que de mauvaises perceptions persistent en matière de conduite sous l’emprise de la drogue », explique le Dr Heather Woods-Fry, chercheuse à la FRBR. « La diminution depuis 2019 peut indiquer que les initiatives de sensibilisation et de contrôle ont un effet sur le comportement des conducteurs, mais il est clair que certains continuent à faire des choix qui créent un risque pour tous les usagers de la route ».

Parallèlement à ces résultats, l’inquiétude du public a également augmenté. Le niveau d’inquiétude concernant la conduite sous l’emprise de la drogue a considérablement augmenté depuis 2014, plus de cinq ans avant la légalisation de la marijuana à usage récréatif. Bien que les inquiétudes concernant la conduite sous l’emprise de drogues aient légèrement diminué en 2020 (68,8 %, soit près de sept conducteurs sur dix) par rapport à 2018 (70,3 %), de nombreux Canadiens continuent à considérer ce problème comme une priorité en matière de sécurité routière.

Le nombre de conducteurs tués dans des collisions et dont le test de dépistage de marijuana s’est révélé positif entre 2012 et 2017 confirme que cette préoccupation est justifiée. Au cours de cette période, le pourcentage de conducteurs mortellement blessés au Canada et dont le test de dépistage de marijuana s’est avéré positif est passé de 17,2 % à 20,5 %. Ceci montre que la combinaison de la consommation de marijuana et de la conduite automobile augmente le risque de collision, comme en témoignent également des études menées dans le monde entier.

« Ces dernières années, la consommation de marijuana chez les conducteurs victimes des collisions mortelles a généralement augmenté dans toutes les tranches d’âge; cependant, le plus fort pourcentage de ces conducteurs se trouvait chez les 16-19 ans et les 20-34 ans », a déclaré la Dr Ward Vanlaar, directeur de l’exploitation de la FRBR. « La hausse du pourcentage de conducteurs mortellement blessés dont le test de dépistage de marijuana est positif est préoccupante, surtout si l’on considère la combinaison avec la consommation d’alcool, qui est assez courante. » Dans ces situations, le fait que les conducteurs qui consomment de la marijuana ou de l’alcool n’utilisent pas d’équipement de sécurité diminue davantage leurs chances de survie à une collision.

En outre, le sexe des conducteurs explique les différences observées en matière de la consommation de marijuana chez les conducteurs tués sur la route. Les conducteurs masculins mortellement blessés étaient presque deux fois plus susceptibles d’être testés positifs à la marijuana que les conductrices, et la tendance depuis 2014 montre une augmentation du pourcentage de conducteurs masculins mortellement blessés testés positifs à la marijuana alors que le pourcentage de conductrices testées positives a diminué. Il convient de poursuivre l’examen de cette situation, car elle pourrait suggérer que les conducteurs masculins sont plus disposés à conduire après avoir consommé de la marijuana que les conductrices.

La prédominance de la consommation de marijuana déclarée par les conducteurs et de la consommation de multiples substances chez les conducteurs tués dans des collisions au cours de la dernière décennie indique que des efforts de sensibilisation supplémentaires aux risques de la conduite sous l’emprise de drogues sont nécessaires. Le suivi continu des indicateurs concernant les deux substances et leur utilisation combinée reste une priorité absolue.

Téléchargez le résumé du sondage en français et en anglais :

À propos du sondage :

Ces résultats sont basés sur le SSR, un sondage d’opinion élaboré et réalisé annuellement par la FRBR. Un total de 1 500 Canadiens ont répondu au sondage en septembre 2020. Les résultats, dont la marge d’erreur est de plus ou moins 2,5 %, peuvent être considérés comme exacts 19 fois sur 20. La plupart des réponses étaient faites en utilisant une échelle allant de 1 à 6 où 6 indiquait un niveau élevé d’accord, de préoccupation ou de soutien et 1 un faible niveau d’accord, de préoccupation ou de soutien.

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route :
La mission de la Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est de réduire le nombre de décès et de blessures de la route. Indépendante et sans but lucratif, la FRBR est un institut de recherche national sur la sécurité routière. Créée en 1964, elle s’est bâti une renommée internationale grâce à sa grande variété d’études sur les différentes causes des collisions de la route et aux programmes et politiques qu’elle a conçus pour y remédier.

– 30 –

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Karen Bowman
Directrice, marketing et communications
la Fondation de recherche sur les blessures de la route
613 238-5235 (bureau)
250-797-0833 (direct/cell)
1 877 238-5235 (sans frais)
1 613 238-5292 (télécopieur)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca