L’augmentation de la consommation de marijuana par les conducteurs et une prévalence croissante chez les conducteurs dans les collisions mortelles suscitent des inquiétudes

Also available in English

Ottawa, le 28 novembre, 2019 – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) annonce la publication de deux nouvelles fiches d’information sur la consommation de marijuana par les conducteurs au Canada. Les tendances nationales de la consommation de marijuana par les conducteurs canadiens sont résumées dans le Sondage sur la sécurité routière 2019 : Tendances de consommation de marijuana par les conducteurs canadiens. Ce sondage d’opinion publique annuel est réalisé par la FRBR et coparrainé par Bière Canada et de Desjardins. La présence de marijuana chez les conducteurs décédés dans des collisions est aussi signalée dans un deuxième feuillet d’information, La consommation de marijuana chez les conducteurs au Canada, 2000 à 2016, également parrainé par Desjardins.

Les données indiquent que la consommation de marijuana et la conduite d’un véhicule dans les deux heures qui suivent ont augmenté considérablement, tout comme les préoccupations du public, à peine un an après la légalisation de la marijuana au Canada. Les données fournies par le Sondage sur la sécurité routière représentent l’une des premières comparaisons de la conduite auto-déclarée après la consommation de marijuana au Canada un an avant la légalisation et un an après celle-ci. L’analyse révèle que le pourcentage de conducteurs qui déclarent conduire dans les deux heures suivant la consommation de marijuana a augmenté à 7 % en 2019, par rapport à 3,3 % il y a seulement un an. « Au cours des cinq années qui ont précédé la légalisation de la marijuana, on a clairement constaté une tendance générale à la hausse de la consommation avant la conduite, explique Heather Woods-Fry, chercheuse scientifique à la FRBR. L’augmentation notable de la consommation auto-déclarée avant la conduite pendant l’année écoulée porte à croire qu’une sensibilisation et une application de la loi beaucoup plus intensives sont nécessaires. »

L’inquiétude croissante du public à l’égard de la conduite avec facultés affaiblies par les drogues en général et, plus précisément, par la marijuana au cours des dernières années pourrait être le signe d’une sensibilisation croissante aux effets d’affaiblissement des facultés associés à la marijuana. Selon le sondage de 2019, sept Canadiens sur dix (71,3 %) étaient très préoccupés ou extrêmement préoccupés par la conduite sous l’influence de drogues, une hausse par rapport aux 59,5 % en 2014. Cette préoccupation est justifiée, compte tenu des preuves disponibles qui laissent croire que la drogue est associée à une augmentation du risque de collision.

Cette préoccupation est étayée par un examen des tendances concernant les conducteurs en cause dans des collisions mortelles survenues entre 2000 et 2016. Pendant cette période, 15,9 % des conducteurs décédés qui ont été soumis à un test de dépistage de drogues avaient obtenu un résultat positif à la marijuana en 2000, comparativement à 23,3 % en 2016. De plus, près de deux conducteurs sur cinq décédés dans des collisions routières et ayant obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la marijuana ont aussi eu un résultat positif à un test de dépistage d’une autre substance, le plus souvent l’alcool. Cette tendance est inquiétante parce que des recherches montrent que les effets combinés de la marijuana et de l’alcool relativement à l’affaiblissement des facultés sont plus prononcés que pour l’une ou l’autre substance séparément.

« Pour établir une comparaison équitable à partir uniquement des données de 2016, on constate que 2,3 % des Canadiens ont déclaré avoir conduit dans les deux heures suivant la consommation de marijuana, mais que 23,3 % des conducteurs tués dans des collisions routières avaient un résultat positif au dépistage de cette substance, ce qui devrait nous donner à réfléchir, prévient Ward Vanlaar, chef de l’exploitation de la FRBR. À la lumière de la hausse à 7 % en 2019, les Canadiens qui doutent que la marijuana ait un certain effet sur le risque de collision devraient prendre en compte ces chiffres avant de prendre le volant. »

Il est essentiel de continuer à surveiller les indicateurs importants afin d’évaluer les effets de cette loi et de veiller à ce que des ressources suffisantes soient attribuées au soutien d’initiatives intensives d’application de la loi et de sensibilisation du public. Des efforts beaucoup plus concertés sont nécessaires pour informer les Canadiens au sujet des risques et remettre en question les perceptions erronées, mais répandues au sujet de la consommation de marijuana et de la conduite avec facultés affaiblies.

Téléchargez les fiches d’information en français et en anglais :

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route :
La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est un institut de recherche indépendant et à but non lucratif qui s’intéresse à la sécurité routière. Sa mission consiste à réduire les blessures et les décès causés par les collisions routières. Créée en 1964, elle a acquis une renommée internationale pour le travail qu’elle a accompli dans de nombreux domaines afin de déterminer les causes des collisions routières et d’élaborer des programmes et des politiques de prévention efficaces.

Quelques mots sur le Sondage :
Ces résultats sont issus du Sondage sur la sécurité routière, un sondage d’opinion publique annuel élaboré et administré par la FRBR. Au total, 1 200 Canadiens ont rempli le sondage en 2019. Les résultats peuvent être considérés comme exacts avec une marge d’erreur de plus ou moins 2,8 %, 19 fois sur 20. La réponse à la plupart des questions faisait appel à une échelle de un à six, où six indiquait un accord, une préoccupation ou un soutien élevé, tandis que un marquait un accord, une préoccupation ou un soutien faible.

– 30 –

Pour plus d’information, communiquez avec :

Karen Bowman
Directrice principale, Marketing et Communications
Fondation de recherche sur les blessures de la route
250 797-0833 (cellulaire)
613 238-5235 (bureau)
1 877 238-5235 (sans frais)
613 238-5292 (télécopieur)
tirf@tirf.ca