L’éducation et la participation municipale sont essentielles au succès de l’intégration de la micromobilité dans les communautés canadiennes

Also available in English

OTTAWA, 30 août 2022 – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) a publié le Sondage sur la sécurité routière 2021 : la micromobilité au Canada avec le parrainage de Bière Canada et Desjardins et le soutien de Neuron Canada. C’est la première année que la FRBR a inclus des questions relatives à la micromobilité et à l’utilisation d’appareils de mobilité personnelle (PMD) dans son Sondage annuel sur la sécurité routière (SSR). Cette fiche d’informations résume les preuves provenant d’études précédemment publiées et incorpore les données du SSR de la FRBR. Les avantages associés à l’utilisation des options de micromobilité sont décrits ainsi que les risques spécifiques liés au lieu d’utilisation, à l’heure de la journée, aux distractions et au port d’un casque.

SSRDans plusieurs juridictions canadiennes, les PMD, en particulier les scooters électriques, sont très souvent visibles sur les routes et les trottoirs depuis plusieurs années. Les villes ont permis à des services de partage de scooters électriques d’opérer, conformément aux réglementations, certains d’entre eux même par le biais de programmes pilotes visant à recueillir des données pour informer la planification des transports et des infrastructures. Les services de partage de scooters électriques peuvent offrir un accès à un choix de transport pratique, peu coûteux et physiquement distant. Ils peuvent également améliorer la connectivité entre les personnes et les transports en commun, tout en créant une expérience divertissante qui rappelle l’enfance. Ils réduisent aussi la dépendance à l’égard des véhicules automobiles traditionnels, en particulier pour les courts trajets vers des magasins locaux, les déplacements domicile-travail et les sorties sociales.

« Une préoccupation majeure est que la micromobilité peut également causer des dommages », a déclaré Ward Vanlaar, directeur de l’exploitation de la FRBR. « Les blessures en scooter électrique nécessitant des soins médicaux affectent généralement les extrémités supérieures et inférieures, ainsi que la tête et le visage, et incluent souvent des lésions des tissus mous, des fractures et des lésions dentaires. La perte d’équilibre et les chutes sont également les principaux contributeurs des blessures en scooter électrique, et la non-utilisation de casques peut jouer un rôle dans la gravité des blessures. »

Les réglementations locales peuvent aider à atténuer les blessures en concevant des zones d’utilisation spécifiques telles que des chaussées et en mettant en oeuvre des outils de géorepérage. Les PMD sont souvent interdits sur les trottoirs par les réglementations locales, mais cela varie d’une municipalité à l’autre. Identifier des zones de stationnement appropriées pour les scooters électriques est une autre stratégie pour aider à rendre les trottoirs accessibles. Malheureusement, des études ont montré que de nombreuses personnes signalent soit ne pas connaître les réglementations relatives à l’utilisation des scooters électriques, soit en avoir une connaissance incorrecte.

Les données du SSR de la FRBR ont révélé qu’une proportion d’utilisateurs de PMD ont été observés sur la route d’une manière qui augmente inutilement le risque de conflit avec un autre usager de la route ou de chute de l’appareil de mobilité.

  • 28,1 % des répondants ont indiqué qu’ils observaient fréquemment des utilisateurs de PMD ne respectant pas les panneaux de signalisation ou ne cédant pas la priorité.
  • 21,2 % des répondants ont indiqué qu’ils observaient souvent des utilisateurs de PMD se faufilant à travers la circulation.
  • 10,8 % ont indiqué observer souvent des utilisateurs de PMD faisant des cascades sur la voie publique. Les cascades étaient moins fréquentes chez les personnes âgées de 36 à 75 ans.
  • Un répondant sur cinq (22,8 %) a indiqué avoir fréquemment vu des utilisateurs sur les trottoirs, bien que la légalité de cette pratique varie d’une municipalité à l’autre.
  • 27,1 % ont répondu qu’ils observaient souvent des utilisateurs de PMD rouler sans casque, mais les règles varient en fonction de la province, de la municipalité et du type d’appareil.

« La protection est primordiale et les utilisateurs d’appareils de micromobilité peuvent prendre plusieurs mesures pour éviter les collisions et les blessures », a commenté Sarah Simmons, scientifique de recherche de la FRBR. « Il est important de prendre conscience des risques associés aux PMD avant de les utiliser. Il est également essentiel que les utilisateurs portent des équipements de protection en cas de chute ou de collision, et évitent de se livrer à des activités qui pourraient augmenter le risque de chute ou de collision. »

Compte tenu de la prolifération des technologies de PMD et des services de partage d’appareils de micromobilité dans les municipalités canadiennes, sans une éducation cohérente sur les stratégies d’utilisation sécuritaire, la prévalence de ces comportements est susceptible d’augmenter à mesure que le nombre d’utilisateurs grandit. Ainsi, les municipalités et les professionnels de la santé publique sont encouragés à jouer un rôle actif dans la réglementation de l’utilisation de ces appareils pour promouvoir la sécurité, tout en soutenant des initiatives éducatives concertées visant à promouvoir une utilisation en toute sécurité. Travailler ensemble et partager la route avec respect peut aider à assurer l’intégration securitaire de la micromobilité au sein des communautés.

Téléchargez le fiche d’information en français et en anglais :

À propos du sondage : Ces résultats sont basés sur le MSR, un sondage annuel de l’opinion publique mis au point et réalisé par la FRBR. Au total, 1 500 Canadiens ont répondu au sondage. Les résultats peuvent être considérés comme précis à plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20. La majorité des questions ont été notées sur une échelle de 1 à 6, où 6 représente un accord, une préoccupation ou un soutien élevé(e), et 1 indique un accord, une préoccupation ou un soutien faible.

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route : La vision de la Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est de s’assurer que les gens qui utilisent les routes rentrent chez eux en toute sécurité chaque jour en éliminant les décès sur la route, les blessures graves et leurs coûts sociaux. La mission de la FRBR est d’être une source de connaissances pour la sécurité des usagers de la route et un chef de file mondial en matière de recherche, de développement de programmes et de politiques, d’évaluation et de transfert de connaissances. La FRBR est un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui dépend de bourses, de contrats et de dons afin d’offrir des services au public. Pour plus d’informations, visitez www.tirf.ca.

LinkedIn: Traffic Injury Research Foundation
Twitter: @TIRFCANADA
Instagram: @tirfcanada_diad

– 30 –

Pour tout complément d’information, veuillez contacter :

Karen Bowman
Directrice des communications et des programmes
Fondation de recherche sur les blessures de la route
613-238-5235 (bureau)
1-877-238-5235 (sans frais)
250-797-0833 (ligne directe / PST)
613-238-5292 (fax)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca