Un nouveau sondage à propos des effets de la pandémie sur la sécurité routière montre qu’un groupe restreint, mais croissant, de conducteurs canadiens continue de prendre des risques

Also available in English

Ottawa, ON 21 décembre, 2021 (GLOBE NEWSWIRE) – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) publie une nouvelle fiche d’information, Sondage sur la sécurité routière 2021 | L’impact de la pandémie de COVID-19 sur la sécurité routière et la mobilité, commanditée par Desjardins. Cette édition spéciale du Sondage sur la sécurité routière examine les effets de la pandémie de COVID-19 sur les attitudes et les pratiques des Canadiens en matière de déplacement et de sécurité routière en 2021 par rapport aux deux années précédentes. La vitesse, la distraction au volant, la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool, la drogue ou la consommation de plusieurs substances toxiques, la fatigue au volant et le port de la ceinture de sécurité sont les comportements à risque étudiés dans ce sondage.

La persistance de la pandémie de COVID-19 est un des événements les plus perturbateurs de ces dernières années. Il s’agit d’une crise de santé publique qui a entraîné des perturbations importantes en matière d’habitudes de déplacement et de sécurité routière au cours des deux dernières années. Elle a également eu des effets généralisés sur les perceptions des usagers de la route en ce qui concerne leur sécurité personnelle ainsi que les comportements dangereux des autres conducteurs.

« Dans l’ensemble, les résultats du sondage montrent que de nombreux conducteurs ont été moins susceptibles d’adopter des comportements de conduite à risque au cours des deux dernières années et qu’ils sont fait des choix plus sûrs qu’avant la pandémie, ce qui est encourageant, indique le directeur de l’exploitation de la FRBR, Ward Vanlaar. Cependant, un petit nombre, mais notable, de conducteurs a indiqué être plus susceptible d’adopter des comportements de conduite à risque en 2020 qu’avant la pandémie, et plus de conducteurs ont déclaré le faire en 2021. »

Fait préoccupant, par rapport à l’avant-pandémie, en 2019, une proportion croissante de conducteurs a déclaré adopter des comportements à risque. À titre d’exemple :

  • 7,4 % des Canadiens ont admis qu’ils étaient plus susceptibles de dépasser d’au moins 20 km/h la limite de vitesse affichée en 2021, contre 5,5 % en 2020.
  • 7,4 % des Canadiens ont admis qu’ils étaient plus susceptibles de conduire en étant distraits en 2021, contre 4,2 % en 2020.
  • 4,2 % des Canadiens ont admis qu’ils étaient plus susceptibles de conduire dans les deux heures suivant une consummation d’alcool en 2021, comparativement à 2,4 % en 2020.
  • 3,7 % des Canadiens ont admis qu’ils étaient plus susceptibles de conduire dans les deux heures suivant une consommation de drogue en 2021, par rapport à 2,2 % en 2020.
  • Un conducteur sur dix a déclaré avoir des difficultés à se concentrer au volant pendant la pandémie en 2021, alors qu’ils étaient moins nombreux à avoir indiqué ce fait en 2020.

Alors que les restrictions de fermeture ont continué à s’assouplir en 2021 et que les volumes de trafic se sont quelque peu normalisés, les médias ont fait état d’une augmentation similaire des prises de risques sur les routes en 2021 par rapport aux deux années précédentes. À Ottawa, les accusations de conduite avec facultés affaiblies ont augmenté de 27,7 % en 2021 par rapport à 2020, et dans la région de Peel, de 10,2 %. À Saskatoon, l’analyse du nombre de contraventions pour excès de vitesse émises annuellement de janvier à octobre a montré une diminution de 46 % en 2020 par rapport à 2019, suivie d’une augmentation de 25,8 % en 2021 par rapport à 2020 (Police de Saskatoon, 2021). En Colombie-Britannique, une augmentation de 13 % des contraventions pour excès de vitesse a été enregistrée entre avril 2020 et mars 2021, par rapport à la même période de 2019 à 2020.

« Le sondage de la FRBR a révélé que la proportion de conducteurs ayant adopté ces comportements à haut risque était plus faible que celle des conducteurs ayant fait des choix plus sûrs, mais le risque de dommages importants est alarmant, déclare la présidente et cheffe de la direction de la FRBR, Robyn Robertson. Il est impératif que chaque conducteur comprenne que son choix d’éviter les risques au volant peut lui permettre, à lui et aux autres usagers de la route, de rentrer chez lui en toute sécurité, chaque jour. »

Le sondage a également révélé un changement significatif dans les moyens de transport préférés pendant la pandémie, avec un abandon important des transports publics et une augmentation de l’utilisation des véhicules personnels. Ce changement s’explique en grande partie par des craintes quant aux risques d’infection plutôt que par des facteurs traditionnels tels que le gain de temps, le confort et le coût du déplacement. La marche à pied est également devenue le mode de déplacement préféré dans une proportion de 261 % par rapport à la période précédant la pandémie, alors que l’utilisation des transports en commun a diminué de 82 %. Il est intéressant de noter que quatre Canadiens sur dix ont indiqué qu’ils n’utiliseraient plus les transports en commun ni le covoiturage jusqu’à la fin de la pandémie, et qu’un petit nombre d’entre eux n’utiliseraient plus ces moyens de transport même après la pandémie.

« Dans l’ensemble, les changements aux modes de transport préférés et aux habitudes de déplacement ont été importants en raison de la pandémie de COVID-19, souligne M. Vanlaar. Pour l’avenir, il sera essentiel de mettre en place des stratégies visant à rétablir la fréquentation des transports publics après la pandémie et à renforcer les possibilités de choisir le transport actif afin de freiner la recrudescence de l’utilisation des véhicules personnels. »

Les résultats du sondage 2021 de la FRBR offrent une perspective unique et informative sur le changement des comportements déclarés par les conducteurs pendant la pandémie. Ils suggèrent également que les effets doivent continuer à être surveillés de près afin d’aider à mener des campagnes de sécurité routière ciblées.

Téléchargez la fiche d’information en français et en anglais :

À propos du sondage :

Ces résultats sont basés sur le SSR, sondage d’opinion élaboré et réalisé annuellement par la Fondation de recherche sur les blessures de la route au Canada (FRBR). En tout, 2 700 Canadiens ont répondu au sondage en mai 2021. Les résultats peuvent être considérés comme précis à plus ou moins 1,9 %, 19 fois sur 20. La majorité des questions ont été répondues à l’aide d’une échelle allant de 1 à 6 où le chiffre six indiquait un accord, une préoccupation ou un soutien élevés et un, un accord, une préoccupation ou un soutien faibles.

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route :

La vision de la Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est de s’assurer que les gens qui utilisent les routes rentrent chez eux en toute sécurité chaque jour en éliminant les décès sur la route, les blessures graves et leurs coûts sociaux. La mission de la FRBR est d’être une source de connaissances pour des usagers de la route plus sécuritaires et un chef de file mondial en matière de recherche, de développement de programmes et de politiques, d’évaluation et de transfert de connaissances. La FRBR est un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui dépend de bourses, de contrats et de dons afin d’offrir des services au public. Pour plus d’informations, visitez www.tirf.ca.

LinkedIn: Traffic Injury Research Foundation & Drop It And Drive® Program, TIRF
Facebook: TIRFCanada & Drop It And Drive®
Twitter: @TIRFCANADA & @DropItAndDrive
Instagram: @tirfcanada_diad

– 30 –

Pour tout complément d’information, veuillez contacter :

Karen Bowman
Directrice du marketing et des communications
Fondation de recherche sur les blessures de la route
613-238-5235 (bureau)
1-877-238-5235 (sans frais)
250-797-0833 (ligne directe)
613-238-5292 (fax)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca