La FRBR a fait un rapport concernant l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le comportement de déplacement et la sécurité routière

Also available in English

Téléchargez le résumé du sondage en français

Ottawa, Ontario, 12 novembre, 2020 – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) annonce la publication du nouveau Sondage sur la sécurité routière 2020 : L’impact de la pandémie COVID-19 sur les habitudes de déplacement et la sécurité routière, un résumé basé sur les données du Sondage sur la sécurité routière, effectué par la FRBR, sous le parrainage de Bière Canada, Desjardins et Labatt.

D’après les résultats, la majorité des personnes interrogées ont déclaré que leur comportement au volant n’avait pas changé et une petite partie des sondés a indiqué être moins susceptibles d’adopter des comportements dangereux. Les résultats ont également montré qu’un changement s’est produit en ce qui concerne la préférence en matière de déplacement pendant la pandémie; d’après les premières conclusions cela pourrait être permanent pour certains Canadiens.

« Tandis que ces résultats sont encourageants, il est important de signaler qu’une partie des personnes interrogées ont déclaré être plus susceptibles de s’engager dans des comportements au volant risqués ou dangereux pendant la pandémie, par rapport à la période précédant la COVID-19 » a averti Ward Vanlaar, chef de l’exploitation de la FRBR.

Téléchargez le résumé du sondage en anglais

Par rapport à la période précédant la pandémie, 5,5 % des Canadiens ont admis être plus enclins à dépasser excessivement la limite de vitesse affichée pendant la pandémie, ce qui correspond à environ 1,46 million de conducteurs titulaires d’un permis. En outre, 4,2 % ont déclaré être susceptibles de conduire distraitement, 9,1 % des personnes interrogées ont déclaré avoir plus de difficulté à se concentrer au volant, 2,4 % ont admis être susceptibles de conduire dans les deux heures suivant la consommation d’alcool, et 2,2 % dans les deux heures suivant l’usage de drogues. Ces pourcentages ne concernent qu’une minorité de Canadiens ayant des comportements dangereux au volant, cependant ils représentent plus d’un million de conducteurs.

« Ces résultats illustrent la nécessité pour les conducteurs de rester vigilants pendant la pandémie, a souligné Valérie Lavoie, présidente et chef de l’exploitation de Desjardins Groupe d’assurances générales. Les blessures et collisions mortelles de la route sont souvent évitables. C’est pourquoi il est important de rappeler aux conducteurs que les habitudes dangereuses représentent un risque tant pour les autres que pour eux-mêmes. »

Près de 1 Canadien sur 4 (23,3 %) ont indiqué avoir changé leur mode de transport préféré. Avant la COVID-19, le véhicule personnel était le mode de transport principal et préféré des personnes interrogées (42,2 %), suivi par les transports publics (41,2 %). Pendant la pandémie, on a noté une augmentation importante, jusqu’à 69,9 %, du nombre de personnes utilisant leur véhicule personnel et une baisse importante, jusqu’à 4,4 %, du nombre de personnes déclarant utiliser les transports publics.

« Malgré une préférence établie pour certains modes de transport avant la COVID-19, pendant la pandémie, on a observé une augmentation importante, entre 120 % et 150 %, de l’utilisation du transport actif comme la marche et le cyclisme. » a déclaré Heather Woods-Fry, chercheuse scientifique à la FRBR. « Ce qui est même plus encourageant, c’est que 1 répondant sur 3 (30 %) a déclaré que ce changement du mode de transport préféré pendant la pandémie était susceptible d’être permanent. »

Bien que l’on ne connaisse pas encore tout l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la sécurité routière, ces données indiquent les comportements auto-déclarés des conducteurs canadiens pendant la pandémie et l’application des contraintes. Elles permettent de compléter d’autres sources de données comme celles sur les sur les collisions et les blessures et les blessures mortelles qui y sont liées. Une compréhension plus profonde de l’impact de la pandémie sur la sécurité routière, et la manière dont la réouverture graduelle et conséquemment les possibles contraintes peuvent influencer les comportements des conducteurs sont encore à déterminer. Une attention doit être portée aux indicateurs pour déterminer si les contraintes liées à la pandémie ont un impact continu sur la sécurité routière.

Téléchargez le résumé du sondage en français et en anglais :

À propos du sondage :
Ces résultats sont basés sur le le Sondage sur la sécurité routière, sondage d’opinion élaboré et réalisé annuellement par la FRBR. Un total de 1 500 Canadiens ont répondu au sondage en septembre 2020. Les résultats, dont la marge d’erreur est de plus ou moins 2,5 %, peuvent être considérés comme exacts 19 fois sur 20. La plupart des réponses étaient faites en utilisant une échelle allant de 1 à 6 où 6 indiquait un niveau élevé d’accord, de préoccupation ou de soutien et 1 un bas niveau d’accord, de préoccupation ou de soutien.

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route :
La mission de la Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est de réduire le nombre de décès et de blessures de la route. Indépendante et sans but lucratif, la FRBR est un institut de recherche national sur la sécurité routière. Créée en 1964, elle s’est bâti une renommée internationale grâce à sa grande variété d’études sur les différentes causes des collisions de la route et aux programmes et politiques qu’elle a conçus pour y remédier.

– 30 –

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Karen Bowman
Directrice, marketing et communications
la Fondation de recherche sur les blessures de la route
613 238-5235 (bureau)
250-797-0833 (direct/cell)
1 877 238-5235 (sans frais)
1 613 238-5292 (télécopieur)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca