Un nouveau sondage montre que plus de Canadiens pensent pouvoir conduire en toute sécurité tout en textant : une application et une éducation ciblées sont nécessaires

Also available in English

Ottawa, ON 29, juin 2022 (GLOBE NEWSWIRE) – La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) a publié, Sondage sur la sécurité routière 2021 : Attitudes et pratiques liées à la distraction au volant, 2004 à 2021, avec le parrainage de Beer Canada et  Desjardins. Cette nouvelle fiche d’information examine l’état actuel des croyances et des pratiques liées à la conduite distraite et aux tendances récentes. L’utilisation croissante des téléphones cellulaires a augmenté l’attention portée à la distraction des conducteurs, principalement en ce qui concerne l’envoi des textos et les conversations téléphoniques.

« Le sondage montre que bien que la plupart des Canadiens reconnaissent les dangers d’envoyer des textos pendant la conduite, il y a une minorité de plus en plus importante qui continue de rapporter qu’elle adopte ces comportements, partage Robyn Robertson, présidente et cheffe de la direction de la FRBR. Ce qui est le plus préoccupant, c’est que cette minorité a plus que doublé au cours de la dernière décennie. Pour la deuxième année consécutive, la taille de ce groupe a considérablement dépassé la taille du groupe de conducteurs qui admettent conduire alors qu’ils dépassent la limite légale d’alcool. »

En outre, le pourcentage de répondants qui pensent pouvoir conduire en toute sécurité alors qu’ils envoient des textos a augmenté au cours des trois dernières années, dépassant son pic en 2010. Ces données autodéclarées suggèrent que les conducteurs sont de plus en plus à l’aise de texter en conduisant. Tout aussi préoccupante est une proportion croissante de Canadiens qui ont eux-mêmes déclaré parler sur leur téléphone cellulaire au volant, ce qui a augmenté chaque année au cours des quatre dernières années.

En général, les préoccupations concernant les conducteurs distraits ont augmenté, passant de 33 % en 2004 à un niveau record en 2017, avant de chuter considérablement à 57 % en 2021. En outre, les préoccupations spécifiquement liées à l’utilisation de téléphones cellulaires pendant la conduite ont augmenté, passant de 61 % en 2004 à 71 % en 2021, avec un pic en 2017. Inversement, les préoccupations concernant le textage au volant ont légèrement diminué, passant de 89,9 % en 2010 à 81 % en 2021.

« En ce qui concerne la prévalence des comportements de conduite distraite autodéclarés, il y a eu une hausse préoccupante du pourcentage de Canadiens qui parlent sur un appareil portable au volant et qui envoient des textos au volant, a déclaré Sarah Simmons, chercheuse scientifique de la FRBR. Le pourcentage de conducteurs adoptant ces deux comportements à risque n’a cessé d’augmenter au cours des quatre dernières années, ce qui suggère que des mesures d’application et d’éducation plus ciblées sont nécessaires. »

L’augmentation importante de 173 % du pourcentage de répondants qui ont déclaré avoir souvent texté sur leur téléphone pendant la conduite entre 2010 (4,8 %) et 2021 (13,1 %) mérite le plus d’attention. En outre, une comparaison entre 2019 et 2021 a montré que les conversations sur un appareil portable pendant la conduite ont passé de près de 12 % à un peu plus de 14 %, et l’envoi des textos pendant la conduite a passé de près de 10 % à un peu plus de 13 %. Inversement, les conversations sur un appareil mains libres n’ont diminué que légèrement, passant de 32,4 % à 31,7 %.

« L’augmentation de certains comportements à risque au volant peut être due, en partie, à la complaisance des conducteurs, combinée à une capacité d’application réduite au cours des dernières années. L’émergence de nouvelles caméras pour détecter la distraction crée des opportunités de renforcer et d’accroître la cohérence de l’application de la loi à l’aide d’une approche rentable. L’exploration du potentiel des nouvelles technologies est un effort utile pour aider à renforcer les effets de dissuasion des lois et à changer les normes sociales », a déclaré Robertson.

Téléchargez la fiche d’information en français et en anglais :

À propos du sondage :

Ces résultats sont basés sur le SSR, sondage d’opinion élaboré et réalisé annuellement par la Fondation de recherche sur les blessures de la route au Canada (FRBR). En tout, 1 500 Canadiens ont répondu au sondage en septembre 2021. Les résultats, dont la marge d’erreur est de plus ou moins 2,5 %, peuvent être considérés comme exacts 19 fois sur 20. La majorité des questions ont été répondues à l’aide d’une échelle allant de 1 à 6 où le chiffre six indiquait un accord, une préoccupation ou un soutien élevés et un, un accord, une préoccupation ou un soutien faibles.

À propos de la Fondation de recherche sur les blessures de la route :

La vision de la Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est de s’assurer que les gens qui utilisent les routes rentrent chez eux en toute sécurité chaque jour en éliminant les décès sur la route, les blessures graves et leurs coûts sociaux. La mission de la FRBR est d’être une source de connaissances pour la sécurité des usagers de la route et un chef de file mondial en matière de recherche, de développement de programmes et de politiques, d’évaluation et de transfert de connaissances. La FRBR est un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui dépend de bourses, de contrats et de dons afin d’offrir des services au public. Pour plus d’informations, visitez www.tirf.ca.

LinkedIn: Traffic Injury Research Foundation
Twitter: @TIRFCANADA
Instagram: @tirfcanada_diad

– 30 –

Pour tout complément d’information, veuillez contacter :

Karen Bowman
Directrice des communications et des programmes
Fondation de recherche sur les blessures de la route
613-238-5235 (bureau)
1-877-238-5235 (sans frais)
250-797-0833 (ligne directe / PST)
613-238-5292 (fax)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca