Les conducteurs qui perdent la vie en raison de la fatigue ont aussi des résultats positifs à des tests de dépistage de drogues : un constat préoccupant

Also available in English

Ottawa, le 9 mars 2020– La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) annonce la publication d’un nouveau feuillet d’information intitulé Collisions mortelles associées à la fatigue au Canada, 2000 à 2016. Commandité par Desjardins, ce feuillet résume les caractéristiques des personnes qui ont perdu la vie dans une collision associée à la fatigue au volant au Canada de 2000 à 2016. Préparé à l’aide de la base de données nationale sur les décès de la route de la FRBR, il explore les tendances de la fatigue au volant chez les victimes mortellement blessées et dégage les caractéristiques des personnes en état de fatigue qui meurent dans les collisions de la route. Fait inquiétant, pour la période couverte, 40,8 % des conducteurs décédés qui étaient en état de fatigue ont eu des résultats positifs à des tests de dépistage de drogues et 22,2 % des résultats positifs à des tests de dépistage d’alcool.

Depuis 2000, le taux de décès associés à l’alcool a reculé, tandis que le taux de décès associés à la distraction au volant a connu une augmentation. Par comparaison, les décès associés à la fatigue, bien que plus faibles en nombre, affichent un taux relativement stable pour la même période.

« Nous constatons une baisse générale des décès associés à la fatigue au volant depuis 2000, mais cette diminution n’est pas aussi prononcée que celle des collisions associées à d’autres facteurs précise Ward Vanlaar, chef de l’exploitation, FRBR. De plus, les données révèlent que 40 % des conducteurs qui ont perdu la vie en raison de la fatigue avaient aussi consommé de la marijuana, des dépresseurs ou des stimulants du système nerveux central (SNC) ou des analgésiques narcotiques, ce qui est assez troublant. »

Le nombre de décès associés à la fatigue au volant a chuté à 86 en 2016, année la plus récente pour laquelle de telles données sont disponibles. Cette diminution est encourageante, surtout après le bond de 108 à 126 observé de 2000 à 2002 et celui de 72 à 119 enregistré de 2010 à 2011. Parallèlement, la mortalité associée à d’autres facteurs a diminué de manière constante de 2000 à 2016. En somme, la baisse de la mortalité associée à la fatigue au volant est moins soutenue.

« Pour les policiers, il peut être difficile de déterminer le rôle que joue la fatigue dans une collision mortelle. Par exemple, lorsqu’aucun témoin oculaire ne peut confirmer l’hypothèse de la fatigue, il se peut que l’enquête policière privilégie d’autres pistes d’explication comme l’alcool, les drogues, la distraction ou le manque d’expérience explique Steve Brown, associé de recherche, FRBR. Par ailleurs, le fait que le test de dépistage de drogues s’est révélé positif chez quatre conducteurs sur dix décédés en raison de la fatigue démontre la nécessité de suivre la situation de près. »

Téléchargez les fiches d’information en français et en anglais :

La Fondation de recherche sur les blessures de la route en bref :
La Fondation de recherche sur les blessures de la route (FRBR) est un institut de recherche indépendant et à but non lucratif qui s’intéresse à la sécurité routière. Sa mission consiste à réduire les blessures et les décès causés par les collisions routières. Créée en 1964, elle a acquis une renommée internationale pour le travail qu’elle a accompli dans de nombreux domaines afin de déterminer les causes des collisions routières et d’élaborer des programmes et des politiques de prévention efficaces.

– 30 –

Pour plus d’information, communiquez avec :

Karen Bowman
Directrice principale, Marketing et Communications
Fondation de recherche sur les blessures de la route
250 797-0833 (cellulaire)
613 238-5235 (bureau)
1 877 238-5235 (sans frais)
613 238-5292 (télécopieur)
tirf@tirf.ca / karenb@tirf.ca